On vit plus longtemps en consommant plus de Fruits et Légumes

Apporter de petites améliorations à son régime alimentaire en mangeant plus de fruits, légumes et poissons, peut nettement accroître l'espérance de vie, met en évidence une étude publiée mercredi dans la revue médicale américaine New England Journal of Medicine.

Vivre plus longtemps en consommant plus de Fruits et Légumes

C'est la première à montrer qu'une alimentation plus saine, pendant au moins douze ans, diminue notamment les risques de mortalité cardiovasculaire, soulignent les chercheurs de l'Université de Harvard.

Ils ont analysé les liens entre des changements dans l'alimentation de près de 74.000 adultes pendant douze ans (1986-1998) et leurs risques de décéder pendant les douze années suivantes (1998-2010).

Pendant cette longue période de suivi, ils ont interrogé les participants sur leur régime alimentaire tous les quatre ans ainsi que sur leur mode de vie et leur état de santé tous les deux ans.

L'étude montre qu'une amélioration du régime alimentaire pendant une période de douze ans se traduit par une réduction du risque de décéder les douze années suivantes.

"Nos résultats mettent en lumière les bienfaits durables pour la santé d'une amélioration de la qualité du régime alimentaire dans son ensemble", souligne Frank Hu, professeur à l'Université de Harvard et principal auteur de l'étude.

"Des habitudes alimentaires saines peuvent être adoptées selon les préférences culturelles et culinaires de chacun ainsi que son état de santé", ajoute-il.

Les types d'aliments ayant le plus contribué à une amélioration du régime ont été les céréales complètes, les fruits, les légumes et le poisson ou des acides gras (oméga-3).

Un accroissement de 20% de la qualité du régime alimentaire --qui peut être obtenu simplement en remplaçant une portion quotidienne de viande rouge ou de charcuterie par des fruits à coque ou des légumes-- a été lié à une réduction de 8 à 17% du risque de mortalité.

En revanche, une détérioration de la qualité de l'alimentation a entrainé un accroissement du risque de décéder de 6 à 12% sur la même période.

Parmi les participants qui ont davantage maintenu un régime alimentaire sain, la réduction du risque de mortalité de toutes causes a varié de 9 à 14%.

Chez ceux qui avaient une alimentation relativement malsaine au début de l'étude, les résultats indiquent que les participants qui ont amélioré le plus leur score en termes de nourriture saine, ont vu leur risque de mortalité notablement diminuer les années suivantes.

Pour aller plus loin :
N Engl J Med. 2017 Jul 13;377(2):143-153. doi: 10.1056/NEJMoa1613502.


Articles sur le même thème

  • Boissons énergisantes : face aux risques avérés, une réglementation s’impose

    Boissons énergisantes : face aux risques avérés, une réglementation s’impose

    Lire l'article

  • Boissons énergisantes: l'ANSES identifie les risques associés aux boissons énergisantes

    Boissons énergisantes: l'ANSES identifie les risques associés aux boissons énergisantes

    Lire l'article

  • L’ostéoporose, un mal qui frappe au cœur des os

    L’ostéoporose, un mal qui frappe au cœur des os

    Lire l'article

  • Remplacer le soda par du lait, du café ou du thé diminuerait le risque d’accident vasculaire cérébral

    Remplacer le soda par du lait, du café ou du thé diminuerait le risque d’accident vasculaire cérébral

    Lire l'article

  • Le fromage jouerait un rôle important dans le fameux french paradox

    Le fromage jouerait un rôle important dans le fameux french paradox

    Lire l'article

  • Avis scientifique sur l'apport maximal tolérable en vitamine D

    Avis scientifique sur l'apport maximal tolérable en vitamine D

    Lire l'article